Innovation

Numana : Compte-rendu Humanitek 2022 (Santé, espace et métavers)

Ce jeudi 16 juin 2022 nous avons suivi la conférence « Humanitek – technologies émergentes pour le Québec de demain », organisée par Numana. Nous vous partageons ici quelques réflexions et enseignements de cette belle prise de hauteur. Précisons que la journée était lancée par l’astronaute, astrophysicien, médecin et ingénieur David Saint-Jacques. Nous sommes donc allés haut et loin, très loin… de la santé connectée à l’espace 4.0, et jusqu’au métavers québécois.

Pour en savoir plus sur Numana :

Keynote de David Saint-Jacques, astronaute de l’Agence spatiale canadienne

Pourquoi parler de l’espace dans une conférence sur les technologies émergentes au Québec ? Parce que comme l’a expliqué David Saint-Jacques « les besoins extrêmes de l’espace mènent la recherche sur terre ». Les astronautes ont besoin de solutions pour leur autonomie, en air, eau, nourriture, énergie. Et pour des missions de longue durée ils doivent aussi être autonomes dans la gestion de leur santé. Ces recherches permettent de tester en situation extrême des technologies et protocoles utiles pour les populations terrestres, en santé connectée et médecine préventive.

David Saint-Jacques a aussi rappelé que des projets comme la station spatiale internationale ont été rendus possibles par la collaboration internationale. Ce sont des miracles de technologie mais aussi des miracles de collaboration entre humains. Un exemple qui pourra encourager les entreprises du Québec à plus de collaboration pour faire avancer leurs projets d’innovation.

Santé connectée et autonomie

Le panel suivant était en toute logique dédié à la santé connectée : « La technologie, une solution au système de santé actuel pour nos aînés ? » (avec Emmanuelle Sansfaçon, gestionnaire principale aux partenariats chez Dialogue, Geneviève Michaud, Directrice du Living Lab Lanaudière, Amanda Spilkin, Fondatrice de la Space Health Division à Concordia University et Audry Larocque de Groupe Sélection).

Nous en avons retenu que le Québec est considéré au niveau mondial comme un modèle à observer. Car le vieillissement de notre population, associé à l’étendue du territoire, accentue le besoin pour des solutions de maintien à domicile et d’autonomie pour les ainés.

Parmi les projets les plus avancés, le LivingLab de Lanaudière. mis en place par la CDÉJ (La Corporation de développement économique de la MRC de Joliette), il vise à transformer la région de Lanaudière en zone d’expérimentation réelle. Les acteurs de l’écosystème de l’innovation peuvent y travailler ensemble à cocréer, expérimenter et innover les technologies de demain.

Nous avons aussi entendu que pour que la technologie soit au service des ainés, de leurs aidants et des personnels de santé, elle doit être transparente, facile à intégrer et maintenir. Attention également avec les objets connectés de type collier ou bracelet de détection de chute. Car les ainés n’ont pas forcément envie de cette contrainte qui les catalogue comme dépendants. Il y a également un gros enjeu de concertation entre acteurs publics et privés, avec le besoin d’ « arrimer les langages » pour se comprendre et servir un objectif collectif. Enfin n’oublions pas le gros défi de la connectivité des régions. Le développement du réseau 5G pourra ainsi encourager plus de projets en santé connectée.

Une étude Numana dédiée au mieux vieillir

Numana a pré-annoncé qu’en septembre ils publieront une cartographie des nouveaux modèles pour répondre aux enjeux du vieillissement au Québec. Numana mène en ce moment une étude terrain sur l’avenir du mieux vieillir au Québec, avec un « Living lab » Conscio Alliance.

Espace 4.0 et données spatiales

Le comité « Espace 4.0 » de Numana a publié le 11 mai son premier rapport sur la commercialisation des données spatiales

Humanitek était donc aussi l’occasion de revenir sur ces enjeux. Car l’Espace 4.0 ouvre des opportunités aux entreprises du secteur spatial mais aussi à d’autres secteurs qui pourraient bénéficier des données spatiales (observation de la Terre, météorologie, télécommunication, etc.). A la clé : répondre aux enjeux d’affaires et aux enjeux de société (agriculture, lutte contre les changements climatiques, bien-être des populations…).

Métavers et souveraineté culturelle

Pour conclure cette journée de prise de hauteur, une plongée dans le métavers avec Alexandre Teodoresco, directeur du développement stratégique et de l’innovation aux 7Doigts de la main. Sa question : « Le Métavers, entre réalité et illusion. Quel impact dans nos vies ? ».

Numana Humanitek 7Doigts
Numana Humanitek -Les 7Doigts de la main

Alexandre Teodoresco a rappelé quelques exemples marquants d’expériences métavers actuelles, dans le domaine industriel, dans le design mais aussi dans la culture. Avec par exemple « Eternelle Notre-Dame »,  la visite virtuelle immersive de la cathédrale par l’opérateur télécom Orange ;  « The tempest » de Shakespeare en Virtual Theatre ; Concert de Travis Scott dans Fortnite).

Aux 7Doigts, le cirque virtuel est déjà une réalité, avec de la captation en temps réel. On découvre ainsi un nouveau bel acronyme : Livici pour « live and virtual circus ».

Pour Alexandre Teodoresco « c’est peut-être le futur du « live entertainment ». Et c’est déjà le futur du cinéma avec Unreal engine (le moteur de jeu vidéo développé par Epic Games). Cela remet même en question la notion d’avoir des humains dans le cinéma. Car il est possible de tout faire dans un univers virtuel, plus de déplacements, réduire l’impact carbone, rajeunir des acteurs… ». (Exemple avec The Matrix experience sur Unreal Engine 5)

Zoom sur le Manifeste du métavers québécois

Teodoresco a également rappelé l’initiative de « Manifeste du métavers québécois » dont il fait partie des signataires. Car il souhaite que le gouvernement soutienne cette nouvelle opportunité pour les entreprises techno-créatives du Québec, comme le font actuellement les gouvernements Coréens et Français par exemple. (Ndlr : en complément, cet article de Franceinfo sur les alliances dans le metaverse) Il a ainsi expliqué qu’: « il est important  d’assurer la souveraineté culturelle du Québec, car les codes nous sont imposés par des géants internationaux. C’est aujourd’hui qu’il faut gérer la coordination dans le métavers, se permettre de tester, collaborer échouer. Et pourquoi pas nommer un délégué général du métavers ? »

Manifeste du métavers québécois
Source : présentation Alexandre Teodoresco à Humanitek

Pour vous lancer dans le test du métavers et comprendre ses codes sociaux, Alexandre Teodoresco  conseille de s’équiper de casques de réalité virtuelle. Selon lui actuellement le meilleur casque de réalité virtuelle au monde est celui de la startup finlandaise Varjo. (on va aller regarder ça ! 😊)

Avec ce voyage virtuel Humanitek, de l’espace jusqu’au métavers, on espère que vous avez fait le plein d’inspirations. A bientôt pour de nouvelles aventures !

Afficher Plus

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published.