Innovation

Innovation médicale : GE Research veut traiter le diabète avec des ultrasons et de l’IA

Nous relayons principalement les sujets techniques et business, à Montréal, au Québec et à l’international. Mais nous gardons aussi un œil sur des innovations émergentes avec un potentiel de transformation significatif (pour ne pas dire « disruption »). C’est le cas de cette innovation médicale, pour le traitement du diabète à l’aide d’ultrasons, aujourd’hui au stade des essais cliniques.

Le diabète, hélas un marché d’avenir

Pourquoi s’intéresser spécifiquement au diabète ? Parce que dans le monde, une personne sur 10 vit avec le diabète. Et une personne décède du diabète ou de ses complications toutes les 5 secondes. On compte au Québec 1 200 000 personnes touchées par le diabète de type 1 (10%) ou de type 2 (90% des cas). (source Diabète Québec 2021).

On comprend donc que de nombreuses équipes explorent des pistes innovantes pour s’attaquer au diabète. Nous avions relayé ces nouveaux traitements dans deux précédents articles :

Des ultrasons et de l’IA pour contrôler la glycémie

Des études animales ont démontré que trois minutes par jour d’ultrasons ciblés (vers des groupes spécifiques de nerfs sensoriels dans le foie) suffisent à maintenir la glycémie à un niveau normal. Et des essais préliminaires sur l’homme sont en cours. C’est une équipe de GE Research qui planche sur cette approche, avec des chercheurs de la Yale School of Medicine, de l’UCLA et du Feinstein Institutes for Medical Research. Dans un article de la revue Nature Biomedical Engineering, on découvre que cette recherche prometteuse pourrait s’appliquer au traitement du diabète de type 2 sans médicaments.

Cette technologie, appelée stimulation ultrasonore focalisée périphérique (pFUS pour peripheral focused ultrasound stimulation), permet de diriger des impulsions ultrasonores très ciblées vers des tissus spécifiques contenant des terminaisons nerveuses. Cette technique de « neuromodulation par ultrasons » explore la stimulation d’une zone du foie appelée porta hepatis. Cette région contient le plexus nerveux hépatoportal, qui communique au cerveau des informations sur l’état du glucose et des nutriments. Les ultrasons pourraient donc être utilisés pour réduire à la fois les taux d’insuline et de glucose.

L’équipe teste actuellement des sondes à ultrasons portables qui minimisent le besoin de manipulation manuelle de la sonde pendant l’utilisation. Et un logiciel de détection automatisée des cibles anatomiques est maintenant disponible pour permettre le suivi des cibles en temps réel en utilisant des modèles de réseaux de neurones à convolution (une forme d’intelligence artificielle qui s’inspire du cortex visuel des vertébrés).

GE Research, une approche non médicamenteuse de la santé

Selon les chercheurs, « Ces progrès peuvent permettre le développement de nouveaux systèmes d’échographie portables qui peuvent être appliqués par des utilisateurs non qualifiés, et permettre davantage l’utilisation dans toutes les applications et les paramètres cliniques ».

On comprend donc qu’un acteur comme GE s’intéresse à ces traitement non médicamenteux. Car le groupe produit des machines à rayon-X (depuis 1896, et en version portable depuis 1920), des machines de radiologie par résonance magnétique (IRM) (depuis 1983), et des échographes de poche Vscan™ (depuis 2009).

Sources : https://newatlas.com/medical/focused-ultrasound-prevents-reverses-diabetes-ge-yale/ et https://www.ge.com/news/press-releases/ge-research-led-team-treats-diabetes-using-ultrasound

Afficher Plus

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published.