Veille

Veille Inyulface #27 : planifier la stratégie avec l’Offensive de transformation numérique

Chaque semaine, retrouvez sur notre blog un résumé de la veille stratégique du laboratoire numérique Inyulface.

L’annonce cette semaine de l’Offensive de transformation numérique (OTN) nous a marqué pour une raison toute simple : cette transformation y est considérée comme un vrai projet d’entreprise, pas comme un « machin » de spécialistes du numériques qui vivraient sur une autre planète. Priorité donc à l’accompagnement des entrepreneurs du Québec, « Pas parce qu’ils ne comprennent pas (le numérique), mais parce qu’ils sont pris dans leur quotidien », a précisé Pierre Fitzgibbon. Cet accompagnement humain sera donc financé à hauteur de 130 millions de dollars par le Québec. Les budgets étant alloués à des entreprises de conseil.

L’objectif? Sensibiliser plus de 43 000 entreprises à l’importance d’effectuer une transition numérique et accompagner 8 000 d’entre elles dans leurs démarches. Alors à quoi cela peut servir un budget et un accompagnement « transformation numérique » ? Et bien d’abord à faire une planification stratégique ! Comme le rappelle Claude Martel, président et chef de la direction d’Inno-centre, un des deux premiers organismes à bénéficier de ce budget pour offrir son accompagnement aux entreprises Québécoises : « Tout part de la planification stratégique. Le choix de la technologie est très coûteux et doit être compatible avec les objectifs de l’entreprise. C’est le conseil d’affaires qui précède la transformation. » (on est bien d’accord !)

Tous les détails dans le premier article de cette veille. Bonne lecture !

Pour nous suivre au quotidien, réagir, échanger, rendez-vous sur Twitter @Inyulface et LinkedIn.

Québec déploie 130 millions pour le virage numérique des entreprises

L’Offensive de transformation numérique (OTN), annoncée lundi 29 mars, est dotée d’une enveloppe de 130 millions de dollars. Elle financera des organismes offrant des services-conseils aux petites et moyennes entreprises, pour réussir leur virage numérique. Parmi les deux premières entreprises de conseil financées : Inno-centre et Groupe BIM, spécialiste du secteur de la construction. Le soutien financier octroyé aux organismes devrait permettre d’assumer jusqu’à 50 % des coûts liés à la planification d’une stratégie numérique. Pour les phases de développement, d’autres programmes sont disponibles, comme l’initiative Productivité innovation d’Investissement Québec, qui vise des financements de 2,4 milliards de dollars.

Source : https://www.ledevoir.com/economie/597838/numerisation-quebec-deploiera-130-millions-de-dollars

En complément, notre article « Innovation : réinventons la roue ensemble », avec le modèle Doblin (Deloitte) sur les 10 types d’innovations.

Sport et tourisme : le Parc olympique devient un pôle d’expérimentation innovant

Le Parc olympique devient le 12e partenaire de MT Lab (le premier incubateur de startups dédié au tourisme, à la culture et au divertissement en Amérique du Nord, créé en 2017 par l’UQAM et Tourisme Montréal). Les entreprises innovantes québécoises disposent ainsi d’un nouvel espace d’expérimentation pour «créer des expériences à échelle humaine dans un lieu symbolique et surdimensionné». Les projets porteront principalement sur les trois secteurs de l’organisation :  le tourisme, l’événementiel et le sport. En mars, le MT Lab a coorganisé avec Business France des «pitchs» de solutions innovantes d’entreprises françaises spécialisées en sport, dont Digi-Sports («mur digital»). Ces prochaines semaines, des présentations de solutions québécoises seront organisées. A suivre en ligne, le 7 mai prochain, à 8h30, un Café innovation «tourisme et sport».

Sources : https://tourismexpress.com/nouvelles/sport-et-tourisme-le-parc-olympique-devient-un-pole-d-experimentation-innovant et https://tourismexpress.com/nouvelles/le-parc-olympique-devient-le-12e-grand-partenaire-de-l-incubateur-mt-lab

Culture : 28 projets retenus pour « Ambition numérique » 

Seize nouveaux projets ont été retenus par le ministère de la Culture et des Communications dans le cadre du programme « Ambition numérique » ( issu du Plan de relance économique du milieu culturel). Ce soutien contribue à la réalisation de projets pour mieux positionner les contenus et les produits culturels québécois, et augmenter leur découvrabilité. Ces nouveaux projets s’ajoutent aux 12 déjà soutenus, portant ainsi le total, pour l’ensemble de ce programme, à 28 projets. Parmi ces projets, coup de projecteur sur Mediafilm – oùvoir.ça PRO, une infrastructure numérique d’aide à la diffusion et à la promotion, qui associe des outils collaboratifs et une intelligence d’affaires. Lancée en 2019, la version grand public gratuite de ouvoir.ca permet déjà de trouver tous les films sur tous les écrans, parmi un catalogue de plus de 75 000 films dont 1830 québécois.

Source : http://culturenumerique.mcc.gouv.qc.ca/2021-03-23-projets-retenus-ambition-numerique/ et https://mediafilm.ca/fr/nouvelles/ouvoir-ca

Le pouvoir de l’amélioration incrémentale

Quand nous parlons d’incrémental chez Inyulface, c’est généralement pour des démarches d’innovation menée « pas à pas », « étape par étape ». Mais dans cet article, il est question d’amélioration incrémentale appliquée au management. Parce que se motiver, ou motiver son équipe quand on est manager, est complexe. Fixer comme objectif une « augmentation de la productivité de 10% » ou « augmenter ses compétences dans un domaine de 10% » peut sembler inatteignable. Mais en définissant et partageant au sein d’une équipe de plus petites tâches, et des objectifs atteignables, une amélioration incrémentale régulière de 1% est réalisable. Adopter une plateforme de collaboration dans l’entreprise pourra vous aider à découper un projet en étapes et à distribuer les tâches.

Source : http://www.budtoboss.com/management/the-power-of-incremental-improvement/

En complément : notre article « Dépasser les limites des outils de collaboration avec une charte d’utilisation ».

Roblox : le futur de l’éducation

Le 10 mars dernier, Roblox, la plateforme californienne de jeu vidéo en ligne, s’est introduit à Wall Street sur le New York Stock Exchange. Avec une action valorisée à 45$, sa capitalisation boursière est désormais de 30 milliards de dollars. Roblox n’est pas qu’une plateforme de jeu, mais plus largement un environnement virtuel qui réunit près de 200 millions d’utilisateurs mensuels, dont les 2/3 sont en âge d’aller à l’école. En fait, Roblox réunit chaque mois plus d’élèves et étudiants que n’en comptent les Etats-Unis, le Royaume-Uni et le Canada combinés. Et Roblox a déjà commencé à disrupter le marché de l’éducation. Avec une approche plus participative et interactive de l’enseignement. Les enseignants en profitent aussi, puisqu’ils peuvent utiliser des modèles préconfigurés pour produire des jeux et tutoriels interactifs. Ces contenus éducatifs produits par des enseignants ou même des enfants peuvent être vendus sur Roblox et générer des gains en Robux, la monnaie virtuelle de la plateforme. Ainsi en 2020, 345 000 créateurs de contenus ont gagné l’équivalent à 250 millions de dollars.  

Sources : https://www.fastcompany.com/90619108/roblox-future-of-education et https://www.boursedirect.fr/fr/actualites/categorie/valeurs-us/roblox-s-introduit-a-wall-street-valorise-30-milliards-de-dollars-boursier-d905a6261413a35e41e7cca594c14047db75888b

La Taxe carbone au Canada : une opportunité pour les startups

Le 25 mars dernier, la Cour suprême du Canada a approuvé la constitutionnalité de l’intégralité de la tarification sur le carbone. Le Québec et le Manitoba s’étaient opposés à cette taxe carbone, en soutient à 3 provinces plaignantes, l’Alberta, l’Ontario et la Saskatchewan. Mais cette taxe carbone pourrait aussi être une opportunité pour les entreprises d’ici. Le Canada pourrait se développer dans les technologies de décarbonation (ou décarbonisation), de capture du carbone, d’électrification industrielle, de production d’hydrogène par électrolyse. Parmi les entreprises canadiennes déjà en pointe dans la décarbonation : Kanin Energy (Calgary), CERT (Toronto), et SeeO2 (Calgary). Dans l’électrification : des entreprises de géothermie comme Eavor (Calgary) dont un concurrent est l’américain Quaise (issu du MIT). Dans la production d’hydrogène et la capture du carbone : Planetary Hydrogen (Ottawa).

Source : https://techcrunch.com/2021/03/28/a-supreme-court-ruling-affirming-canadas-carbon-tax-opens-the-door-for-a-startup-explosion/

Et retrouvez dans la veille #26 les détails sur Aquahacking, une compétition technologique et entrepreneuriale canadienne pour résoudre les enjeux de l’eau (demi-finale le 1er juin, finale le 28 septembre).

N’hésitez pas à partager en commentaire vos réactions et questions sur cette veille. 

Pour nous contacter : lab(at)inyulface.com

Afficher Plus

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *