Veille

Veille Inyulface #7 : Créer un cadre de confiance, actionner les données et rester flexible

Chaque semaine, retrouvez sur notre blog un résumé de la veille stratégique du laboratoire numérique Inyulface.

Le premier article de cette semaine est dédié au développement d’une identité numérique, avec le lancement des tests pour le Cadre de confiance pancanadienMC (CCP).

Un sujet qui nous concerne tous. Car la pandémie aura incité les canadiens à adopter plus de services en ligne. Mais la crise profite aussi aux criminels, avec une explosion des vols d’identité et de la fraude. Nous avons donc besoin de plus de confiance et de sécurité pour que l’économie numérique continue de se développer, au bénéfice de tous. Disposer d’une identité numérique sûre, c’est pouvoir accéder à plus de service publics et de services d’entreprises. Et c’est aussi une base pour plus de collaboration entre des acteurs locaux, nationaux et internationaux. Nous suivrons donc ce sujet de près !

Pour nous suivre au quotidien, réagir, échanger, rendez-vous sur Twitter @Inyulface et Linkedin.

Canada : lancement des tests d’un cadre de confiance pour l’identité numérique

Après 4 ans de travaux, le Conseil canadien de l’identification et de l’authentification numériques (CCIAN) a annoncé le 15 septembre le lancement du Cadre de confiance pancanadienMC (CCP). Cet ensemble de normes d’identification et d’authentification numériques de l’industrie va définir la façon dont l’identification numérique va être implantée à l’échelle du Canada. Prochaine étape fin 2021 : le lancement du programme d’assurance des marques de confiance « Voilà Vérifié » (Voila verified). Selon Joni Brennan, présidente du CCIAN, « l’identité numérique peut représenter un apport d’au moins 3% au PIB, soit potentiellement près de 100 milliards de dollars ».

Source : https://diacc.ca/fr/2020/09/15/mise-a-lessai-au-canada-dun-cadre-didentite-numerique-nouvellement-lance/

Le top 10 des tendances Big Data en 2020

Le marché des mégadonnées ou Big Data pesait 189 milliards de dollars US en 2019 et atteindra 247 milliards en 2022. Parmi les tendances majeures : le développement des postes de Directeurs des données (Chief Data Officers, CDOs), plus d’analytique (notamment pour l’analyse du langage en temps réel et le parcours client), et de multi-cloud/cloud hybride. La donnée seule ne suffit plus, on parle désormais de « donnée actionnable », utile immédiatement pour la prise de décision. D’ailleurs, 50% des nouveaux systèmes d’analyse de données d’affaires seront en temps réel d’ici 2022, avec de l’ « intelligence en continu » (Gartner).

Source : https://www.analyticsinsight.net/top-10-big-data-trends-2020/

La gouvernance des données comme socle de confiance pour l’analytique

La transformation numérique des entreprises les expose à de nouveaux risques, liés à la collecte et l’utilisation des données. L’analyse des données implique donc une stratégie de sécurité et de gouvernance, axée sur la culture de la donnée ou « data awareness ». Trois approches sont donc conseillées. 1 : Identifier les silos de données pour avoir une vision complète. 2 : Créer un catalogue pour accélérer l’accès aux données (une stratégie au nom évocateur de « Single source of truth »(SSOT) ou Source unique de vérité). 3 : Anticiper l’évolution permanente de son « paysage de données », au niveau technologique, réglementaire et commercial.

Source : https://www.analyticsinsight.net/ways-build-trusted-analytics-foundation/

Bureaux flexibles, bureaux partagés ou cowork ?

Attention, cet article qui parle du marché parisien semble opposer cowork et « bureau flexible » (on aurait pu dire « agile », c’est pourquoi le sujet nous a intéressé). Mais en fait les coworks proposent aussi des bureaux partagés ou privatifs, avec peu de durée d’engagement sur les baux. Les bureaux flexibles, ou « flex office » comme disent nos cousins, permettent d’adapter la taille, configuration et localisation géographique des locaux aux étapes de croissance d’une entreprise. En complément, vous pouvez retrouver sur le blog Inyulface notre analyse sur le « travail hybride », entre maison, entreprise et cowork.

Source : https://www.journalducm.com/location-bureaux-flexibles-paris/

Pour Sundar Pichai, CEO de Google, le bureau de demain sera hybride

Le télétravail n’a pas fait baisser la productivité de la plupart des entreprises, mais à long terme le moral et la créativité sont touchés (souvenons-nous d’IBM qui avait abandonné le 100% télétravail en 2017 après 20 ans d’expérimentation). Le CEO de Google prévoit ainsi pour 2021 d’instaurer le travail hybride, entre maison et bureau : « Nous sommes persuadés que le présentiel, être ensemble, avoir un sentiment de communauté, est très important pour résoudre des problèmes majeurs ou créer quelque chose de nouveau. Cela ne changera pas, c’est pourquoi nous ne voyons pas un futur en 100% à distance ».

Source : https://www.businessinsider.com/google-office-future-employee-on-sites-sundar-pichai-2020-9

N’hésitez pas à partager en commentaire vos réactions et questions sur cette veille.  

Pour nous contacter : lab(at)inyulface.com

Afficher Plus

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *