Veille

Veille Inyulface #76 : Les temps sont durs pour les allumeurs de lampes…

Chaque semaine, retrouvez sur notre blog un résumé de la veille stratégique du laboratoire numérique Inyulface.

A force de lire des articles et rapports sur l’évolution des technologies numériques, le développement du métavers et la transformation des métiers, il nous arrive de repenser à ces métiers d’autrefois aujourd’hui disparus. Comme le beau métier d’allumeur de lampes de rue (ou lampiste, plus négativement connoté), du temps où les lampadaires du Québec et de Montréal fonctionnaient à l’huile de baleine, de loup-marin ou de morue (puis de gaz à partir des années 1840). Il faudra encore attendre 38 ans, et l’exposition internationale de Paris 1878 pour voir les premières expérimentations d’éclairage de rue à l’électricité, sur l’Avenue de l’Opéra. Une invention importée ici dès la fin de l’année 1878 par l’homme d’affaires Montréalais Joseph Ambroise Isaïe Craig, avec une première installation de lampadaire électrique à Montréal (devant le Collège Sainte-Marie). Combien de temps auront eu les allumeurs de lampe pour se préparer à la fin de leur métier et que sont-ils ensuite devenus ? Nous creuserons peut-être le sujet pour un prochain éditorial… 😊 (D’ici là, si l’épopée de l’éclairage de rue vous intéresse, vous pouvez consulter cet article sur ProposMontréal.com et cet autre sur JournalLeMontérégien.com d’où vient la photo d’illustration appartenant à Mme Suzanne Desfossés).

Bonne lecture!

Pour nous suivre au quotidien, réagir, échanger, rendez-vous sur Twitter @Inyulface et LinkedIn.

N’hésitez pas à partager en commentaire vos réactions et questions sur cette veille. 

Pour nous contacter : lab(at)inyulface.com

Afficher Plus

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published.