Innovation

Des innovations pour stocker l’énergie du soleil : hydrogène, bornes intelligentes et même thermie moléculaire

Produire de l’énergie à partir de sources renouvelables est une partie de l’équation pour protéger l’environnement. Mais comment stocker efficacement cette énergie sans générer encore plus de carbone et de déchets ? On fait le point sur trois approches de stockage de l’énergie solaire : avec des bornes intelligentes, l’hydrogène et la recherche sur la thermie moléculaire.

Stocker l’énergie solaire dans des bornes intelligentes

Le québécois dcbel produit des « stations d’énergie résidentielle » avec panneaux solaires. Vendues en Californie pour le moment, les boîtes intelligentes r16 de dcbel permettent aussi d’économiser sur sa facture d’électricité en adaptant la consommation aux tarifications horaires. Prix de vente pour une borne capable de restituer 16 kwh d’énergie solaire : 5000 $. Une approche très compétitive par rapport à l’offre actuelle sur le marché américain, à savoir des boîtiers de 50 Kwh pour 70 000 $ US. Contrairement au Québec, la Californie est un marché mûr pour ces technologies. En effet 250 000 à 500 000 maisons par année y passent à l’énergie solaire. (Plus de détails dans le Journal de Montréal)

En avril 2021, dcbel a annoncé une levée de fonds de 40 Millions de dollars (détails dans Techcrunch). Enfin, en juin 2022, le québécois s’est lancé sur le marché anglais où l’augmentation des prix de l’énergie lui donne un avantage compétitif. Ainsi, selon l’Office for National Statistic, 26 % des personnes qui paient des factures d’énergie en Grande-Bretagne envisagent d’améliorer leur efficacité énergétique. Et l’installation de panneaux solaires est l’une des mesures les plus couramment envisagées (détails Current-news.co.uk).

Au Québec, hors énergie solaire, le marché de la recharge électrique intelligente pour véhicules électriques est actuellement testé par Hilo (Hydro-Québec). Le partenaire technologique est le québécois Elmec, basé à Shawinigan, constructeur des bornes EVduty. Tous les détails dans notre article de septembre 2021.

Stocker l’énergie solaire sous forme de gaz hydrogène

L’hydrogène peut être utilisé comme combustible pour produire de l’électricité, mais aussi stocker de l’énergie pour l’utiliser selon l’évolution des besoins et prix en énergie. C’est pourquoi des scientifiques du monde entier planchent sur la production rentable d’hydrogène, à partir de sources renouvelables comme la lumière du soleil et de l’eau.

Mais attention, car tous les hydrogènes ne sont pas bons pour l’environnement même si la consommation d’hydrogène ne produit que de la vapeur d’eau en déchet. Car l’impact carbone se joue surtout à l’étape de production d’hydrogène. Ainsi si des énergies fossiles sont employées on parlera d’hydrogène brun ou noir. Toutes les explications dans notre article sur les différences entre l’hydrogène brun, noir, bleu et vert. Une technologie à suivre car au Canada, d’ici 2050, jusqu’à 30 % de l’énergie que nous consommons pourrait venir de l’hydrogène, selon un rapport gouvernemental fédéral de fin 2020.

Stocker l’énergie solaire par thermie moléculaire

Des chercheurs de l’université Chalmers, en Suède, ont conçu une molécule capable de stocker l’énergie du soleil pendant plusieurs années. Le principe du Molecular Solar Thermal Energy Storage Systems (Most) est de faire changer de forme une molécule (composée d’atomes de carbone, d’hydrogène et d’azote) en l’exposant à la lumière du soleil. On parle de « thermie moléculaire » car l’énergie peut être stockée (jusque pendant 18 ans) puis libérée sous forme de chaleur (ou d’électricité produite par la chaleur).

Un générateur « Most » pourrait ressembler à « une puce ultra-mince » qui pourrait être intégrée aux appareils électroniques (téléphones intelligents, montres connectée, etc.). Détails dans cet article de Futura-sciences.

Enfin, nous n’avons abordé dans cet article que le stockage de l’énergie solaire. Mais les fans d’hydroélectricité savent que les barrages sont aussi des modes de stockage d’une énergie « potentielle » libérée par la chute de l’eau. Pour tout comprendre au « stockage mécanique gravitaire », on vous a déniché ce cours de l’ETS. 😊

Afficher Plus

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published.