Yul

Finale d’AquaHacking 2021: des solutions technologiques pour restaurer la santé de nos cours d’eau

Ce jeudi 30 septembre se tenait la finale du défi AquaHacking, un programme d’AquaAction, pour restaurer la santé de nos cours d’eau, à l’initiative de la Fondation de Gaspé Beaubien. Le tout grâce à des solutions technologiques créées par des jeunes innovateurs canadiens. Depuis 2015, AquaHacking a contribué à la création de 28 startups répondant aux problèmes liés à l’eau douce.

Cette année, 4 projets étaient présentés en finale : O-Tech (filtrage des microplastiques), Ecotime (récupérateur d’eaux pluviales), Ilos (sondes de mesure de la qualité des eaux), et Over One Thousand (indexation de la qualité des habitats aquatiques avec l’IA).

Le gagnant de la première place du AquaHacking 2021, avec une bourse de 20 000 $ est O-Tech.

O-Tech propose une solution d’élimination des microplastiques, qui sont cause de toxicité chronique mais sont mal éliminés par le réseau de traitement des eaux. En fait le cercle vicieux des microplastiques fait qu’ils peuvent être redistribués avec l’eau de boisson. La solution d’O-Tech est O-Plast, un filtre par électrolyse pour intercepter les eaux grises à la sortie des machines à laver. Aussi bien pour les machines des particuliers que les buanderies professionnelles. Pour se rendre compte du marché, aux Etats-Unis et Canada on compte plus de 22 000 buanderies commerciales. On aime aussi le parcours des deux porteurs de projets d’origine marocaine qui ont rappelé la valeur de l’eau dans un pays aride.

Deux projets ont remporté la 2ème place ex-aequo, avec une bourse de 15 000$, Ilos et Ecotime.

La solution d’Ilos est une sonde pour de nombreux usages de détection des problèmes de l’eau, dans un outil complet. Leur modèle économique est aussi intéressant puisqu’ils prévoient de s’incorporer en coopérative de solidarité. Ils ciblent notamment le marché du tourisme, avec la tendance des cabanes sur l’eau déjà très prisées du public. Le tourisme pourrait ainsi contribuer à la protection de l’environnement.

Ecotime propose une approche décentralisée de la gestion de l’eau, une tendance qui devrait se renforcer à l’avenir. A savoir permettre aux gestionnaires de bâtiments de gérer leur ressource eau sur place. Avec la collecte des eaux de pluies pour alimenter arrosage, piscines, patinoires…

La 3ème place, avec une bourse de 10 000$ revient à Over One Thousand.

Over One Thousand propose des outils analytiques avancés pour les gestionnaires de l’eau et plus largement tous les acteurs qui peuvent intervenir sur l’eau. Avec notamment de la visualisation cartographique et de l’analytique faisant appel à l’Intelligence Artificielle. La solution permet ainsi automatiquement une meilleure indexation de la qualité des habitats aquatiques. L’équipe se concentre pour le moment sur un rayon de 150 km autour de Montréal, où 41% des rivières ont un mauvais indice de qualité de l’eau (IQBP : indice de qualité bactériologique et physico-chimique de l’eau).

Afficher Plus

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *