Gouvernance

Gouvernance et environnement : et si on parlait de dématérialisation responsable ? (Documation 2021)

La semaine dernière se tenait à Paris Documation 2021, le plus grand salon européen traitant du management de l’information et des processus documentaires. Une des conférences traitant de la dématérialisation nous a particulièrement intéressé : “La démat responsable, nouvel enjeu de la gouvernance de l’information”. Parce qu’il est communément admis que la dématérialisation a un impact positif pour l’environnement. Mais c’est une vision simpliste des choses qui néglige l’impact environnemental des technologies de l’information.

Le bilan carbone des TI

Voici l’introduction de cette conférence faite par Louise Guerre, directrice de la rédaction du média Archimag : « Beaucoup pensent encore que la dématérialisation a forcément un impact positif sur la planète puisqu’elle permet d’éviter de consommer du papier et d’abattre des arbres. (…) C’est totalement faux puisque cette croyance néglige, entre autres, le bilan carbone des serveurs, du cloud, du matériel et de tous nos usages ».

Archimag et son éditeur le groupe Serda (société de conseil spécialiste de l’organisation de la mémoire et du savoir) ont publié en avril 2021 leur 10ème rapport annuel sur la gouvernance de l’information numérique. Il en ressort que «  construire des politiques de gouvernance de l’information numérique avec des programmes de dématérialisation et des choix d’infrastructures écoresponsables semble encore bien loin d’être une réalité. Pour 81 % des répondants interrogés à l’occasion de ce rapport, aucun bilan carbone n’a encore été réalisé au sein de leurs organisations ».

Quelle méthodologie pour mesurer l’impact carbone ?

Pourtant des méthodologies existent pour mesurer l’impact carbone des éléments de documentation entrant, circulant et sortant de l’entreprise. Comme la méthodologie de dématérialisation de Serda. Nous vous conseillons la lecture de l’article complet sur le site d’Archimag pour tous les détails et schémas des flux de documentation.

Ainsi que pour découvrir le retour d’expérience de La Rochelle Territoire Zéro Carbone (RTZC) (pour l’Agglomération de La Rochelle, ville côtière de 75 000 habitants dans le sud-Ouest de la France). La ville a créé un “agrégateur” carbone : une société coopérative d’intérêt collectif, qui agrège et accompagne les porteurs de projets « Zéro carbone ».

Des retours d’expérience de démarches durables

Vous trouverez dans cet article d’autres témoignages sur le numérique responsable : avec Kodak Alaris (constructeur de matériel comme des scanners et éditeur de logiciel), Smile (spécialiste européen de l’intégration et de l’infogérance de solutions open source), Jalios, (éditeur français spécialiste de la digital workplace, de l’intranet et de l’extranet collaboratif et des réseaux sociaux d’entreprise), et Jamespot (éditeur de digital workplace).

Et le témoignage du groupe Serda – Archimag lui-même, qui a annoncé lors du salon Documation son nouveau modèle d’entreprise. La permaentreprise « un modèle viable pour un futur plus vivable, inspiré de la permaculture ». (Permaculture : contraction de agriculture permanente. Un concept systémique et global qui vise à créer des écosystèmes respectant la biodiversité.)

Source : https://www.archimag.com/demat-cloud/2021/09/08/documation-2021-dematerialisation-responsable-gouvernance-information

Afficher Plus

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published.