Innovation

Le Canada améliore sa performance en innovation, mais peut mieux faire

D’après la dernière étude du Conference Board du Canada, le pays a amélioré sa performance en termes d’innovation. Mais en comparaison d’autres grands pays, l’innovation au Canada montre des faiblesses. Le Canada est ainsi listé 11ème sur 16, avec une note de C, dans un classement dominé par la Suisse, suivie par les Etats-Unis et la Suède.

Quels facteurs plombent l’innovation au Canada ?

D’après l’étude, les causes de cette mauvaise performance sont la volatilité des prix des ressources, l’évolution démographique et la montée du protectionnisme économique. Dans une économie fondée sur la connaissance et la concurrence mondiale, les entreprises canadiennes devront mieux utiliser leurs ressources et améliorer leur capacité d’innovation pour accroître leurs parts de marché nationales et mondiales.

On notera que le Québec se distingue positivement dans le classement par la bonne résilience de ses travailleurs face à l’automatisation des métiers, et un niveau élevé de R&D publique. Entreprises et collaborateurs intègrent donc dans leurs pratiques la progression de l’Intelligence Artificielle et de la robotisation. Mais le score du Québec reste mauvais en terme de création d’entreprises et développement de brevets. Globalement, si le Québec performe légèrement mieux que le reste du Canada, il chute tout de même de deux places au classement entre 2020 et 2021.

performance innovation conference board of canada

Comment lever les obstacles à l’innovation ?

A l’échelle du Canada, le Conference Board conclue qu’il existe de nombreux obstacles à l’adoption des technologies numériques. En particulier à cause des coûts, du temps d’intégration, des exigences en matière de formation, et du manque d’utilisabilité (ou ergonomie fonctionnelle) et de compatibilité des technologies.

Autres facteurs qui entravent les efforts d’innovation : les cadres réglementaires et les barrières commerciales, le manque de connaissances et de confiance dans les solutions numériques, et le nombre limité d’employés possédant les compétences appropriées. Des programmes gouvernementaux devraient s’attaquer à ces obstacles pour soutenir et inciter les entreprises à innover. Avec par exemple des programmes pour accroître l’exposition aux technologies émergentes et aider les entreprises à naviguer dans les technologies disponibles.

Pourtant au Québec, nous avons vu ces derniers mois une multiplication des programmes publics et privés pour soutenir l’innovation des entreprises. Mais il est encore trop tôt pour que ces efforts soient visibles dans l’édition 2021 de l’étude. A suivre donc…

Afficher Plus

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *