Veille

Veille Inyulface #24 : Payer ses taxes avec la Blockchain et collectionner des NFT

Chaque semaine, retrouvez sur notre blog un résumé de la veille stratégique du laboratoire numérique Inyulface.

Accepteriez-vous d’habiter dans une ville gérée intégralement par une grande entreprise technologique ? C’est le futur que propose Steve Sisolak, le sénateur du Nevada. Il vient de présenter un projet de loi qui permettrait aux entreprises IT de former des gouvernements locaux. Concrètement, des entreprises high-tech innovantes auraient la même autorité qu’un comté, pour imposer des taxes, gérer les commissions scolaires, les cours de justice et fournir des services gouvernementaux. Ce projet n’en est qu’au stade de la proposition. Mais le gouverneur a annoncé que la société Blockchains, LLC, spécialisée dans les cryptomonnaies, s’est déjà engagée dans la création d’une smart-city sur le territoire de la ville de Sparks (comté de Washoe). La société y a acheté en 2018 un territoire de 67 000 acres. Soit un peu plus grand que la ville de Laval (60 787,9 acres).

Certains craignent de possibles dérives, à l’image d’une dystopie cyberpunk, avec des citoyens devenant “esclaves” de méga-corporations. Mais on peut aussi espérer que cette approche de « cité entreprise » mène à une gestion publique optimisée. Comme la gestion d’une entreprise. L’avenir nous le dira.

Pour nous suivre au quotidien, réagir, échanger, rendez-vous sur Twitter @Inyulface et LinkedIn.

Un projet de loi du Nevada aux USA veut permettre aux entreprises technologiques de former des gouvernements locaux

Vendredi 26 février dernier, le sénateur du Nevada Steve Sisolak a présenté les grandes lignes d’un projet de loi qui augmenterait l’autonomie des entreprises IT. En résumé, des entreprises innovantes pourront former des gouvernements locaux au Nevada. Ce plan viserait à attirer de nouvelles entreprises à la pointe des “technologies révolutionnaires”. Sans recourir à des abattements fiscaux ou à d’autres mesures incitatives financées par l’État, une approche qui avaient auparavant aidé le Nevada à attirer des entreprises comme Tesla sur son territoire. Ces cités-entreprises fonctionneraient intégralement sur la technologie blockchain. Leurs résidents pourraient acheter des biens, transférer des titres de propriété ou encore obtenir des licences de mariage en bitcoin. Las Vegas serait donc toujours Las Vegas! Sources : https://thedebrief.org/bill-allowing-big-tech-to-form-techno-governments-to-be-announced-today/ et https://www.developpez.com/actu/312437/Un-projet-de-loi-du-Nevada-aux-USA-veut-permettre-aux-entreprises-technologiques-de-former-des-gouvernements-locaux-imposer-des-taxes-former-des-districts-scolaires-et-des-tribunaux/

La popularité des objets numériques “NFT” devrait exploser en 2021

Un “NFT” est un “non-fungible token” ou jeton non fongible. C’est à dire un objet virtuel à l’identité, l’authenticité et la traçabilité en théorie incontestables et inviolables, grâce à la technologie blockchain. Par exemple, sur la plateforme Top Shot, les collectionneurs peuvent déjà acheter en ligne des séquences vidéos de matches de basket. En février, Christie’s a été la première grande maison d’enchères à mettre en vente une œuvre “NFT”, “The First 5.000 Days” de l’artiste numérique américain Beeple. La technologie supportant les NFT existe depuis janvier 2018, mais la tendance vient juste d’exploser. Ainsi sur la seconde partie de l’année 2020 les ventes d’objets NFT ont augmenté de 200%, pour atteindre $9 millions. Enfin le 22 février dernier, en seulement 24h plus de $60 millions de ventes de NFT ont été enregistrées.

Sources : https://cointelegraph.com/news/new-report-predicts-nfts-will-explode-in-popularity-during-2021 et https://www.france24.com/fr/info-en-continu/20210227-les-objets-num%C3%A9riques-nft-nouvel-eldorado-des-collectionneurs

Comment la blockchain transforme le processus de distribution des vaccins

La technologie de chaîne de blocs (Blockchain) peut être mise au service de nombreuses industries, de la finance à la santé. Les quatre principaux challenges de la distribution de vaccins peuvent ainsi être réglés grâce à la blockchain. Elle permet de suivre les dates d’expiration des vaccins, lutter contre la contrefaçon, prévenir le risque de rupture de la chaîne du froid, et gérer à grande échelle les ressources de développement et de distribution. La blockchain ainsi que la technologie RFID permettrait d’assurer la traçabilité des vaccins entre les fabricants, fournisseurs, logisticiens, distributeurs, organisations de santé et le public.

Source : https://productcoalition.com/how-is-blockchain-transforming-vaccine-distribution-63d293b6134b

En complément, notre article « Blockchain : décryptage de modèles d’affaires innovants ».

Le mirage des API

Jesse Nobbe & Mike Geller de Tegrita (société de conseil marketing) nous parlent de l’intégration des différentes technologies dans leur pile d’outils marketing (leur martech stack). Nous avons retenu cet article car il explique qu’une stratégie d’API (Application Programming Interfaces) est bien plus qu’une simple intégration d’interfaces. Toutes les API ne fonctionnent pas de la même manière, ni n’offrent la même richesse fonctionnelle. Il faut aussi s’assurer qu’elles sont bien documentées et que leur évolution sera gérée. En résumé, les API peuvent être extrêmement puissantes en raison de leur nature flexible et extensible. Mais elles peuvent être trop compliquées, ne pas être accompagnées d’assez de support et être très coûteuses à exploiter.

Source : https://www.martechcube.com/the-api-mirage/

En complément, dans la Veille Inyulface #10 : Un guide pour comprendre les APIs HTML5.

Quantified self ledger : donnez-moi mes données, racontez-moi une histoire

Un ledger, ou ‘’registre” en français, fait traditionnellement référence au livre de compte ou registre de comptabilité d’une entreprise. Avec le développement des objets connectés et du quantified-self ou analytique personnelle, nous pourrions désormais avoir besoin d’un « quantified self ledger ». Une idée que l’ingénieur américain Mark Koester a concrétisée sous forme d’un projet open source. En s’appuyant sur son expertise en programmation Python et en visualisation de données. Son « QS Ledger » intègre déjà une douzaine de sources comme Apple Health (lié à l’iPhone ou à l’Apple Watch), l’application AutoSleep, les bracelets Fitbit ou encore Google Calendar. De quoi agréger et visualiser ses données personnelles, par exemple sous forme d’un tableau de bord.

Source : http://www.markwk.com/qs-ledger-intro.html

En complément, notre article Analyse de données : l’entreprise aussi mérite un bracelet connecté.

N’hésitez pas à partager en commentaire vos réactions et questions sur cette veille.  

Pour nous contacter : lab(at)inyulface.com

Afficher Plus

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *