Veille

Veille Inyulface #3 : cultiver la découvrabilité, sécuriser et contrôler

Chaque semaine, retrouvez sur notre blog un résumé de la veille stratégique du laboratoire numérique Inyulface.  

Notre regard porte sur les méthodes, les outils et l’état d’esprit pour nourrir une démarche d’innovation. Avec toujours un œil sur l’écosystème Montréalais. C’est pourquoi cette semaine nous avons retenu une analyse globale sur l’évolution des laboratoires de R&D industriels mais aussi les réflexions de Josée Plamondon, bibliothécaire basée à Montréal, spécialiste des bases de données et des métadonnées. Parce que la qualité de l’information numérique, basée sur les données, joue un grand rôle pour la réussite des projets.

Pour nous suivre au quotidien, réagir, échanger, rendez-vous sur Twitter @Inyulface et Linkedin.

Comment faire un plan de « découvrabilité » pour des résultats mesurables

La cyber-bibliothécaire Josée Plamondon met en lumière sur son blog l’enjeu de la découvrabilité. Kezaco ? Il s’agit des « pratiques et des standards permettant de structurer l’information pour le Web afin d’en assurer la repérabilité, l’accessibilité et l’interopérabilité ». Ce billet de blog cible plus particulièrement les acteurs du monde culturel, où depuis peu la découvrabilité serait plus présente dans les appels à projet. Mais tous les acteurs du numérique ont intérêt à ne pas oublier que la découvrabilité implique une stratégie qui va bien au-delà du SEO pour Google et les GAFAM.

Source : https://joseeplamondon.com/comment-faire-plan-decouvrabilite-resultats-mesurables/

Une startup logicielle canadienne place 40% de ses réserves de cash en Bitcoin

Snappa, éditeur de logiciel de graphisme basé à Ottawa, a fait le choix de placer 40% de ses liquidités en Bitcoin, par crainte de l’inflation et de l’incertitude économique. La startup de 7 personnes pense que le Bitcoin est un bien meilleur choix que les comptes épargne traditionnels lui offrant actuellement un rendement à 0.45%. MicroStrategy les a également inspirés : l’éditeur d’outils analytique, valorisé $1.2 millions au Nasdaq, a annoncé début août avoir investi 250 millions de $ en cryptomonnaie et réinvestira 250 millions dans les 12 mois. Une protection contre l’inflation pour l’entreprise dépendante du cours du dollars US.

Sources : https://www.coindesk.com/canadian-software-startup-puts-40-of-cash-reserves-into-bitcoin et https://www.coindesk.com/microstrategy-bitcoin-buy-protects-against-fiat-inflation

Les bons conseils de sécurité avec Securitycheckli.st

Nous, on aime les choses simples et efficaces, comme la checklist de sécurité Securitycheckli.st. Cette liste partagée est née d’une conversation initiée par les deux designers créateurs du podcast « Design Details » : Marshall Bock (responsable du design de YouTube Gaming) et Brian Lovin (qui travaille sur les applications mobiles natives de GitHub). A aussi ajouté son grain de sel Michael Knepprath, développeur senior aux Walmart Labs. Vous pouvez aussi y contribuer, puisque c’est en mode open source, pour partager des conseils et outils de sécurité. Premier conseil de la liste : utilisez un gestionnaire de mots de passe.

Source : https://securitycheckli.st/

L’essor et le déclin des laboratoires de R&D industriels 

On recommande cet article du Think-Tank anglais “Policy Exchange”, sur l’histoire des laboratoires R&D. Au début du 19ème siècle, les grands groupes industriels se « contentaient » d’acheter les innovations des petites structures. Puis les gros industriels ont développé leurs labs R&D, comme le lab Bell America (15 000 personnes dans les années 60), ou PARC le centre de recherche Xerox à Palo Alto. Aujourd’hui l’innovation est à nouveau portée par les startups et laboratoires publics, mais les Big Tech réinvestissent dans leurs labos (comme Google avec 1 700 chercheurs en Intelligence Artificielle) car les politiques antitrust complexifient les achats d’innovation.

Source : https://worksinprogress.co/issue/the-rise-and-fall-of-the-american-rd-lab/

6 conseils pour améliorer la visibilité et le contrôle des projets

Le tout premier conseil de « Kanban Zone » pour la visibilité et le contrôle des projets est de mettre en place un tableau de suivi des tâches. Outil recommandé : un tableau virtuel de Kanban, pour indiquer les tâches à faire, en cours, finalisées, annulées ou en retard. Le Kanban ((« étiquette » en japonais) est une méthode agile de gestion de projet visuelle et continue. Historiquement issue de l’industrie automobile japonaise, mise en œuvre chez Toyota dans les années 50, cette approche agile, en « juste à temps » est aujourd’hui appliquée à de nombreux projets.

Source : https://kanbanzone.com/2020/tips-for-improving-project-visibility-and-control/

N’hésitez pas à partager en commentaire vos réactions et questions sur cette veille.  

Pour nous contacter : lab(at)inyulface.com

Afficher Plus

Articles Connexes

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *